Recherche

Les News



Amborella : Matthieu Villegente soutiendra sa thèse de doctorat le mercredi 20 novembre à l’Université de Nouvelle-Calédonie



UNE THÈSE PERMET DE PERCER LES SECRETS DE GRAINES ENDÉMIQUES REMARQUABLES

Après trois années de recherche qui viennent d’être récemment couronnées par une publication acceptée dans une revue scientifique de tout premier plan, Matthieu Villegente soutiendra sa thèse de doctorat le mercredi 20 novembre à l’Université de Nouvelle-Calédonie (UNC, 13h30, amphithéâtre 400).


Graines de stars

Amborella : Matthieu Villegente soutiendra sa thèse de doctorat le mercredi 20 novembre à l’Université de Nouvelle-Calédonie
Ses travaux de recherche, axés sur deux plantes endémiques remarquables, Amborella trichopoda, l’une des plantes à fleurs les plus primitives de la planète et Psychotria gabriellae, une plante fortement accumulatrice de nickel, ont permis de mieux comprendre le fonctionnement  singulier de leurs graines. Cette thèse a été réalisée sous le co-encadrement de Valérie Burtet-Sarramegna, Maître de conférences à l’Université de Nouvelle-Calédonie (UNC) et Bruno Fogliani, chercheur HDR à l’Institut agronomique néo-Calédonien (IAC). Le jury de thèse sera composé de spécialistes internationaux, nationaux et locaux.
 
Graines de stars. Chez les végétaux supérieurs (plantes à fleurs et conifères), la graine est une innovation biologique qui a permis leur dispersion à grande échelle et leur domination mondiale. Avec plus de 3000 espèces de plantes à fleurs dont 77,7 % sont endémiques, la Nouvelle-Calédonie héberge de nombreux trésors botaniques, véritable héritage de 35 millions d’années d’isolement géographique. Certaines graines présentent des caractéristiques uniques au monde et percer leurs secrets, notamment d’un point de vue physiologique et moléculaire, permet de mieux comprendre les processus de germination de la grande famille des plantes à fleurs. Tel a été le terrain d’étude du jeune calédonien Matthieu Villegente qui  a étudié les graines de deux espèces endémiques exceptionnelles.
 
Profils protéiques. Considérée comme la sœur de toutes les autres plantes à fleurs, Amborella trichopoda, possède des caractères archaïques qui étaient probablement présents chez l’ancêtre commun de toutes les plantes à fleurs. L’étude de son embryon à des niveaux morphologiques, physiologiques et moléculaires, a apporté des éléments de réponse aux nombreuses questions que soulèvent les graines qui présentent un phénomène de  « dormance morphologique » et ne se « réveillent » que lorsque les conditions de germination sont optimales. Par ailleurs, l’étude du cortège protéique de la graine de Psychotria gabriellae, une plante qui possède une très forte teneur de nickel dans ses feuilles a permis d’en savoir davantage sur le rôle des  protéines dans les mécanismes d’adaptation aux métaux lourds. « Aujourd’hui, dans le contexte de la préservation mondiale de la biodiversité, les graines revêtent une importance cruciale dans les stratégies de conservation des espèces végétales et représentent des outils privilégiés pour mettre en œuvre la restauration écologique de sites dégradés» explique Valérie Burtet-Sarramégna, co-encadrante de la thèse. Pour Bruno Fogliani directeur de thèse, « Les travaux de Matthieu seront bientôt publiés dans l’une des revues scientifiques les plus cotées dans le monde, nous avons eu la confirmation il y a quelques jours. C’est remarquable pour un étudiant et une première pour un jeune calédonien ! »
…bref, de quoi en prendre de la graine !