Recherche

Les News


Aquaculture des microalgues : un projet envisageable en Nouvelle-Calédonie


Dans le cadre de l’activité de la future technopole et suite à la validation au cours du dernier Comité Opérationnel Scientifique et Technique (COST) du 14 décembre 2010, d'œuvrer en faveur de la valorisation des écosystèmes marins et notamment de l’aquaculture de microalgues, le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie a invité deux experts de l’Ifremer Nantes afin d’animer un atelier dédié aux enjeux actuels et futurs de la filière microalgues.


Introduction

© Ifremer
© Ifremer
Il a ainsi été présenté et analysé avec l’ensemble des partenaires du COST, les potentiels de développement de projets de recherche et développement et d’innovation en Nouvelle-Calédonie. Cet atelier a été l’occasion de présenter les collaborations possibles avec des partenaires extérieurs, notamment régionaux et au sein de l’outre-mer français et européen.

La Nouvelle-Calédonie aux côtés d’autres collectivités et de partenaires scientifiques dont l’Ifremer s’est engagée dans le projet d’Institut d’Excellence dans le domaine des Énergies Décarbonées (IEED) GREENSTARS consacré au développement des microalgues.

Dans ce contexte en tout point favorable à une sensibilisation des partenaires en Nouvelle-Calédonie à la thématique des microalgues, les participants à cet atelier ont ainsi eu l’occasion de débattre des potentiels de cette filière innovante en Nouvelle-Calédonie.

Présentation des microalgues

© Ifremer
© Ifremer
Biologie - Définition :
Les microalgues et les cyanobactéries sont apparues sur terre il y a plus d’un milliard d’années. Ce sont des microorganismes unicellulaires, marins ou d’eau douce, d’une taille comprise entre le micron et la centaine de microns, qui utilisent très généralement la lumière (photons) comme source d’énergie pour fixer le carbone, en présence de nutriments (azote, phosphore, silice, …), et fabriquer de la biomasse.

Le nombre d’espèces est estimé à plusieurs centaines de milliers, dont une très faible partie est connue. Cette diversité inexploitée constitue un réel potentiel pour la recherche & développement et l’industrie.

Les microalgues sont caractérisées par des rendements photosynthétiques élevés (rapport énergie lumineuse reçue / énergie stockée dans la cellule), ce qui leur confère des productivités exceptionnelles en comparaison aux plantes terrestres. Les fortes teneurs en protéines, lipides et pigments (qui peuvent être modulées en fonction des espèces et des conditions de culture) ouvrent de vastes champs d’application.

Pour en savoir plus

Source Site Ifremer