Recherche

Les News



Le méliphage noir


Un cri rauque, quelques battements d’ailes derrière les feuillages, nos naturalistes ne s’y trompent pas il s’agit bien du Méliphage noir. Ce grand oiseau noir reconnaissable à son œil entouré de rouge et ses pattes jaunes fait partie des espèces d’oiseaux les plus vulnérables de Calédonie.


Le méliphage noir
Endémique à la Grande Terre, se nourrissant du nectar des fleurs et de quelques insectes il affectionne tout particulièrement les forêts humides du caillou. C’est pour tenter d’en savoir plus sur cet oiseau et ainsi mieux le protéger que la SCO a lancé en août dernier une étude pour mieux connaître sa répartition dans les forêts du grand Sud. Pendant trois mois des naturalistes locaux aidés par un bénévole venu de la Réunion, ont sillonné les massifs forestiers du Sud pour récolter un maximum d’information sur l’espèce. C’est dans cette zone entre le parc de la Rivière Bleue au Sud et le Mont Humboldt au Nord, que l’espèce trouve un de ses derniers refuges avec le massif du Mont Panié autour de Hienghene. Très discret il ne se montre que rarement. Le plus souvent, seul son chant lancé à l’aube ou au crépuscule trahit sa présence. Afin d’améliorer les chances d’observation, la technique de la repasse a été utilisé. Elle consiste à émettre des enregistrements sonores de l’espèce afin de pousser l’oiseau à chanter ou à se montrer pour défendre son territoire. En trois mois, plus de 670 kilomètres ont été parcouru dans le cadre de ce projet, permettant de réaliser 473 points de repasse et de contacter 33 fois le méliphage noir.
La deuxième phase de ce projet qui débute actuellement est la rédaction du plan d’action Méliphage noir. Ce document rédigé en concertation avec tous les partenaires du projet synthétisera les grands objectifs ainsi que les différentes actions à mettre en œuvre pour assurer la conservation de l’espèce sur le long terme. Destruction de l’habitat, prédation par les mammifères introduits, programme d’élevage en captivité sont autant de thématique qui seront discutés dans ce document.
Parallèlement et en collaboration avec les tribus rencontrées, un travail de recueil des informations disponibles sur cette espèce est réalisé. Les noms locaux, légendes ou répartition ancienne sont des données très précieuses pour mieux comprendre la diminution des populations de Méliphage noir. Nous tenons à profiter de cet article pour remercier toutes les personnes (bénévoles, guides, chefs coutumiers, …) organismes et institutions qui ont rendu ce projet possible.


Dans la même rubrique :
< >