Recherche

Les News


Les tricots rayés


Parmi la quinzaine d’espèces de serpents marins présentes en nouvelle-calédonie, seules deux d’entres elles reviennent régulièrement à terre : ce sont les tricots rayés.
L’identification des tricots rayés est très facile à terre. Ce sont les seuls serpents marins à venir sur les îlots du lagon.


Les tricots rayés
• Le tricot rayé jaune (Laticauda saintgironsi, endémique à la Nouvelle-Calédonie) vit dans le lagon pour se nourrir et sur les îlots pour digérer, muer, se reposer et se reproduire. À terre, ils se cachent dans les beach-rocks, les anfractuosités entre les pierres, les racines ainsi que dans les terriers d’oiseaux marins (puffins et pétrels). Ils se nourrissent de murènes, congres et poissons-serpents. Plus rarement de poissons- chats et quelques poissons-fléchettes. Le tricot rayé jaune chasse dans les patates de corail et le tricot rayé bleu dans les fonds meubles.
Ils pondent leurs œufs à terre, à l’abri de la déshydratation et des fortes températures. Chaque femelle pond en moyenne trois gros œufs. La période de ponte s’échelonne de décembre à mars, les éclosions ont lieu entre mai et août.

Les tricots rayés
• Le tricot rayé bleu (Laticauda laticaudata).

Essentiellement la dégra- dation de leur environne- ment terrestre et marin. Ils sont aussi victimes de la méconnaissance et de la malveillance de certains êtres humains qui détruisent leur habitat et les dérangent.
En l’absence de menace, aucun tricot rayé n’attaquera. En revanche, ce sont des espèces venimeuses : ils utilisent leur venin pour immobiliser leurs proies en mer.
Il convient donc d’être prudent, et de ne pas manipuler de serpents. Des serpents marins curieux viennent parfois observer les plongeurs. Il suffit de s’éloigner calmement et de laisser l’animal reprendre son activité.


Frédéric Dhie

Dans la même rubrique :
< >