Les News

Inscription à la newsletter


Nouvelle-Calédonie : un des "hotspots" de la biodiversité mondiale


La Nouvelle-Calédonie a longtemps été considérée comme un îlot gondwanien isolé de l’Australie avec sa flore du Jurassique, mais ce concept est actuellement très contesté par les données géologiques. Il n’en reste pas moins que sa flore présente de nombreux groupes très anciens, et correspond à un véritable laboratoire d’étude pour l’évolution végétale.


Un peu d'histoire

@Province Sud - Martial Dosdane
@Province Sud - Martial Dosdane
Il y a quelque 55 millions d’années, les forces tectoniques ont fait remonter le plancher océanique qui recouvre la Grande Terre par la côte Est en la surélevant. Ainsi est née la chaîne centrale, qui s’étend sur toute la longueur de l’île principale. Cette dorsale sépare les deux côtes au climat et à la géographie contrastés : une côte Ouest plus sèche avec de vastes plaines de savanes et une côte Est plus humide aux vallées encaissées entre des montagnes qui plongent directement dans l’océan.

Une faune et une flore exceptionelles

@Province Sud - Martial Dosdane
@Province Sud - Martial Dosdane
Malgré une superficie 20 fois moindre que la France, la Nouvelle-Calédonie abrite presque autant d’espèces végétales terrestres. On dénombre aujourd’hui près de 3.261 espèces de végétaux vasculaires dont 76 % d’espèces endémiques, ce qui la classe au troisième rang mondial de l’endémisme après Hawaï avec 89 % et la Nouvelle-Zélande avec 82 %.
La faune terrestre ne comprenait à l’origine aucun mammifère, les seuls représentants actuels de ce groupe, les Chiroptères (roussettes et chauve-souris), étant venus par les airs.
La très grande variété de récifs et d’habitats (tels que herbiers, algueraies et mangroves) permet à l’archipel de recéler une biodiversité sous-marine remarquable, sur une superficie relativement faible.

Une biodiversité à protéger et à étudier

Nouvelle-Calédonie : un des "hotspots" de la biodiversité mondiale
La gestion de l’environnement étant une compétence provinciale, chaque province a mis en place des réglementations spécifiques pour la protection tant des écosystèmes (réserves terrestres et marines) que des espèces menacées (réglementation de la chasse, de la pêche, des feux ou de la collecte de matériel végétal et animal).


Frédéric Dhie