Recherche

Les News


RAMSAR : La Province Sud résolument dans le développement durable


Le lac de Yaté est rentré, depuis hier, dans le circuit très fermé de la liste des sites mondiaux humides répertoriés. Une annonce qui coïncidait, hier, avec l'anniversaire de la convention de RAMSAR, sur les zones humides. Cette liste, capitale pour la biodiversité, génère des contraintes, mais aussi des emplois pour les populations de Yaté et du Mont-Dore.

Sur le fronton de la maison bleue, un immense panneau de 240 mètres carrés a été dévoilé, ce matin, en présence de la Présidente de la Province du Haut Commissaire de la République, du deuxième vice-président de la Province, du Maire du Mont-Dore et de nombreux élus et personnels de la Province.


Une photo aérienne géante toute en couleur qui s'étend sur toute la hauteur du mur provincial. On voit la région des Lacs et la Rivière Bleue qui serpente sur des terres rouges, parsemées de végétation et de petites forêts vertes et jaunes. Sur ce grand panneau, un texte, "l'or bleu du grand Sud". On peut lire aussi "44 mille hectares inscrits à la convention internationale de RAMSAR". C'est un label qui donne des droits et des devoirs en faveur de la protection de l'environnement a précisé Cynthia Ligeard, la présidente de la province Sud.
 
Le développement durable au cœur de la province Sud. Comme le haut-commissaire, Jean-Jacques Brot, l'avait annoncé sur les ondes vendredi, les Lacs du grand Sud calédonien viennent d'être inscrits à la convention internationale de RAMSAR.
 
C'est un label qui vise à protéger les zones humides. La province Sud a officialisé ce matin cette inscription des Lacs du grand Sud. L'institution a inauguré la bâche qui recouvre la façade de l'hôtel de province. Sur cette toile de 240 mètres carrés, on peut lire "l'eau, or bleue du grand Sud". La zone protégée s'étend donc sur près de 44 mille hectares sur les communes de Mont-Dore et de Yaté. C'est la plus grande réserve d'eau douce de Nouvelle-Calédonie, elle représente près de 35 % du territoire de la province Sud. On y trouve plus de mille espèces végétales et près de 2 mille espèces animales endémiques. Ce classement, c'est une fierté pour Cynthia Ligeard, la présidente de la province Sud, qui a soutenu le dossier pendant près d'un an :
 
Cynthia Ligeard : "C'est d'abord une vraie reconnaissance internationale. Ça veut dire qu'on a le droit d'affirmer, aux yeux du monde, qu'on a une zone humide remarquable, ça veut dire qu'on a des spécificités en matière animale, en matière végétale, qu'on s'est engagé à les protéger, à les mettre en valeur. On aurait pu se satisfaire d'une protection simplement à l'échelle locale. Nous, on a voulu voir plus grand. Concrètement, le fait qu'on ait ce label RAMSAR, ça rapporte rien en direct aux populations. C'est plus à l'usage international. Quand on va chercher à faire du développement, que ce soit touristique ou économique, on affirme que nous répondons aux critères du classement international RAMSAR."
 
 
Cette inscription des Lacs du grand Sud à la convention internationale de RAMSAR a notamment été soutenue par Etienne Ouetcho, le maire de Yaté, Éric Gay, le maire du Mont-Dore, mais également Jean-Jacques Brot, le haut-commissaire.
 
 
 



Florence Dhie