Recherche

Les News



Une grande concentration d'espèces hyperaccumulatrices


Les milieux sur sols issus de roches ultramafiques ont contribué à l’évolution de plantes endémiques dont certaines ont acquis la faculté d’accumuler des métaux. La présence importante de métaux lourds dans le sol a agi comme une pression de sélection. Seules les plantes capables de résister à cet environnement hostile survivent. Source : B. Fogliani-LIVE-UNC


© B. Fogliani-LIVE-UNC
© B. Fogliani-LIVE-UNC
Sève de Pycnandra acuminata (dit l’arbre à sève bleue. Cette espèce accumule des quantités de nickel voisines de 20% du poids sec de sa sève lui conférant cette couleur d’un vert-bleuté.

© B. Fogliani-LIVE-UNC
© B. Fogliani-LIVE-UNC
Vue d’ensemble de Psychotria douarrei (Rubiaceae), hyperaccumulatrice de nickel vivant en sous bois dans les forêts humides sur sols ultrabasiques de NC. L’accumulation du nickel au niveau de ses feuilles ou de ses fruits peut atteindre 2 à 4% du poids sec.

© B. Fogliani-LIVE-UNC
© B. Fogliani-LIVE-UNC
Pied adulte de Geissois pruinosa (Cunoniaceae), hypperaccumulatrice de nickel. Espèce pionnière des maquis miniers de NC qui accumule des quantités supérieures à 1% du poids sec des feuilles.

© B. Fogliani-LIVE-UNC
© B. Fogliani-LIVE-UNC
Plant de Grevillea exul, espèce pionnière utilisée en revégétalisation des sites miniers, accumulatrice de manganèse.