Recherche

Les News


Zone côtière Ouest



Carte de la Zone Côtière Ouest

Zone côtière Ouest
Cette zone, qui comprend quatre aires marines protégées (réserves spéciales marines de « Ouano », de « la Roche Percée », de « l’île Verte » et de « Poé »), se caractérise par divers sites remarquables et notamment :
• La faille de Poé qui est une saignée très étroite dans le récif et le lagon au Nord de la baie de Bourail. D’une profondeur moyenne d’environ 20 m, cet ancien lit de rivière constitue un petit canyon parcouru par de violents courants et fréquenté par de nombreux et gros requins ainsi que par des espèces pélagiques,
• La baie de Moindou et le littoral de La Foa, remarquables par le développement de vastes mangroves, l’arrivée de plusieurs cours d’eau et la proximité du récif barrière,
• La baie des tortues et le site de la « Roche Percée ».

Typologie récifale et habitat :

La Roche percée et la baie des tortues
La Roche percée et la baie des tortues
Cette zone se caractérise par la très grande proximité du récif barrière et du littoral engendrant un « pseudo-lagon » très étroit et souvent peu ou pas navigable. La baie de Bourail, située en position centrale, est caractérisée par une large ouverture dans le récif barrière permettant aux houles de venir se fracasser directement sur l’un des rares faciès rocheux du littoral calédonien. 
Les extrémités Nord et Sud de la Zone Côtière Ouest présentent des mangroves particulièrement bien développées. Toute la zone est bordée par des marais à mangrove frontale qui s’étirent sur plusieurs kilomètres. C’est le cas au Sud de Nessadiou où le marais de Mèwa Pohiru s’étend sur sept kilomètres de long. On trouve également des marais à mangrove de fond de baie et de delta. Si les fonds envasés sont relativement peu développés dans cette zone, il existe en revanche de nombreux herbiers littoraux peu profonds abritant les juvéniles de nombreuses espèces commerciales (Siganidae et Lethrinidae) ainsi que des raies guitares Rhynchobatis djiddensis, devenues rares.

Biodiversité :

Faille de Poé
Faille de Poé
Du fait d’un nombre de faciès très réduit par rapport aux autres parties du lagon calédonien, la biodiversité y est plus faible. On notera cependant que :
• Les crabes de palétuviers Scylla serrata sont abondants au Nord et au Sud de la zone où ils font l’objet d’une pêche artisanale régulière. Sur le littoral, de nombreux bivalves font aussi partie des pêches traditionnelles des populations côtières.
• La baie des tortues, au Nord de Bourail, possède un littoral rocheux, battu par les ressacs et les houles, favorable à la présence d’algues rares.
Concernant la faune ichtyologique, la faille de Poé est l’un des sites les plus remarquables de la côte Ouest. C’est à la fois un lieu de concentration de gros poissons, de résidence de plusieurs espèces emblématiques (napoléons et requins en particulier) et de passage de nombreuses autres espèces (raies manta, gros Serranidae, gros Arangidae…). C’est aussi très probablement un lieu important pour la reproduction de nombreux poissons.

Espèces emblématiques :

Zone côtière Ouest
Au large de La Foa, la présence du minuscule îlot N’Digoro (Passe de Ouaraï), sur lequel trois espèces nicheuses d’oiseaux marins totalisent environ une centaine de couples, doit être soulignée. Cet îlot, situé dans la réserve marine de Ouano, et la présence, sur le littoral de Temrock, d’une communauté importante de puffins (Puffinus pacificus) accueillant 11 000 individus, renforcent l’intérêt que représente la Zone Côtière Ouest en terme de conservation.
Le plus important site de ponte des tortues « grosse tête » Caretta caretta se situe sur le littoral de la commune de Bourail (plage de la « Roche Percée »). Cette population calédonienne représente entre 10 et 20% de la population totale du Pacifique. 
C’est aussi exclusivement dans les roches de la baie des tortues que vivent quelques spécimens de la langouste de Bourail Panulirus homarus. Il s’agit d’une petite population. C’est une langouste de roche à vaste répartition dans le Pacifique mais inféodée à un habitat très restreint en Nouvelle-Calédonie. L’ensemble des passes de la côte Ouest constitue des habitats importants pour le dugong puisque des agrégations répétées ont été constatées sur plusieurs jours. Les populations de dugongs de cette zone sont parmi les plus importantes de Nouvelle-Calédonie.


Source IFRECOR